[Le Site]

(de Valentin Villenave)

Accueil du [Site] > ... > Forum 1372

Clavinova, mon ami

6 septembre 2011, 20:40, par Valentin Villenave

Bonjour,
Je comprends votre amertume. Et vous semblez mesurer combien votre "solution" est imparfaite : comme vous le dites vous-même, vous préfèreriez un piano si cela vous était possible. Ce n’est pas cette attitude que je critique, mais celle de se satisfaire du Clavinova sans même pouvoir imaginer que le piano est un instrument plus subtil et plus riche. En auriez-vous eu conscience si vous n’aviez pas pratiqué le "vrai" piano pendant 12 ans ?

Alors certes, toutes les formes d’enseignement artistique ne sont pas épanouissantes, et certains professeurs méritent tout à fait d’être critiqués. Mais ne sous-estimez pas l’instinct des élèves eux-même, et votre propre sensibilité musicale : même si le prof n’est pas là pour attirer votre attention sur les détails du son et du jeu, c’est souvent l’élève qui le découvre par lui-même, tout seul comme un grand (même s’il ne sait pas toujours mettre un nom sur ce qu’il découvre).

Vous avez raison, il existe de très bons professeurs en qui l’on peut avoir toute confiance. Mais même un excellent professeur, à mon avis, ne peut pas compenser miraculeusement de mauvaises conditions d’apprentissage. Je ne suis pas un grand professeur (ça se saurait) mais je sais que :
- -> en tant que pianiste, il m’est impossible de jouer de façon acceptable sur un clavier électronique (sauf éventuellement dans un concert de variété cheap, et encore).
- -> en tant que professeur, il m’est arrivé à l’époque où je donnais des cours à domicile, de devoir enseigner sur des Clavinovas. C’était une expérience toujours pénible : impossible de montrer l’exemple de façon 100% correcte, impossible de faire prendre conscience à l’élève de la différence de son suivant que l’on détende ses muscles ou pas, etc.
- -> encore aujourd’hui, chaque automne je me rends compte assez vite si les nouveaux élèves de ma classe disposent d’un vrai piano à la maison, même (et surtout) les petits qui commencent tout juste. Leur position n’est pas exactement la même, leur son et leur qualité d’écoute sont différents.

Donc, encore une fois, je comprends complètement votre situation. Je vis moi aussi dans un immeuble parisien et je n’utilise mon piano que très rarement (l’idée que tout l’immeuble m’entend, m’est insupportable) ; j’ai également acheté un clavier électronique il y a quelques années (pour une raison tout à fait anecdotique), et je pourrais m’en servir — mais malgré cela, il ne sort jamais du placard. Un piano exige du respect : c’est un meuble imposant, un instrument de musique puissant et délicat dont le son remplit tout l’espace sonore. Le clavier électronique, lui, vous invite à baisser le volume, à jouer au casque et à ne prêter qu’une attention distraite à la qualité du son et aux variations de nuances (quand il y en a...) : le Clavinova n’est pas un objet que l’on respecte, c’est un objet que l’on tolère.

Ce qui n’empêche bien évidemment pas de "faire avec" : vous avez au moins la chance de connaître ce qu’est un vrai piano, ce qui est l’essentiel. Peut-être aurez-vous l’occasion d’y revenir un jour ; en tout cas ne vous découragez pas !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vous n'êtes pas un robot ? Alors veuillez répondre à cette question essentielle :
Quelle est la moitié du mot «toto» ? 

Ajouter un document