[Le Site]

(de Valentin Villenave)

Accueil du [Site] > ... > Forum 5997

Clavinova, mon ami

15 avril 2014, 22:40, par Valentin Villenave

Merci pour votre effort de rédaction ; je comprends mieux maintenant ce que vous vouliez dire.

Vous faites ici intervenir deux sortes de considérations : la pratique du jeu instrumental, et sa justification acoustique/esthétique. Je vais tenter d’y répondre dans l’ordre (encore que mon article déjà cité les traite déjà en détail), non seulement de par mon expérience d’enseignant mais également par ma fréquentation assidûe (eh oui) des pianos "de concert".

Un pianiste peut apprendre à jouer du clavecin tout comme un flûtiste peut apprendre à jouer de la clarinette ou un trompettiste, du tuba : il suffit d’oublier tout ce que l’on sait, et de repartir de zéro. Ce sont simplement deux instruments différents (même si certains modes de fonctionnement se ressemblent lointainement). Dans le cas du clavier électronique c’est toutefois un peu différent car la nature des compétences mises en œuvre est sans commune mesure : d’où ma comparaison entre un jeu vidéo de voitures, et la conduite d’un véritable véhicule.

J’en viens maintenant aux considérations esthétiques.
- -> Jouer un quatuor de Haydn avec quatre saxophones à la place des cordes, ne me pose aucun problème : il s’agit très clairement d’une transcription, d’une réinvention de l’œuvre (qui, dans bien des cas, ne s’en porte pas plus mal).
- -> Jouer du Bach ou du Scarlatti au piano, se pratique couramment (pour notre plus grand bonheur) mais pose un problème plus gênant (particulièrement du point de vue des clavecinistes, et je les comprends) : c’est un marqueur d’hégémonie culturelle, et de négation de l’histoire. Le grand public est beaucoup, *beaucoup* trop habitué à entendre Bach joué au piano (notamment à cause de la force de frappe des marchands de disque, j’en veux pour exemple l’hystérie qui s’est créée autour des enregistrements de Gould) à tel point que c’est lorsqu’on le joue au clavecin que cela devient exotique.
- -> Cependant là encore, jouer du Chopin sur un clavier électronique pose un problème spécifique : c’est qu’il ne s’agit pas d’une réinvention mais d’une contrefaçon : loin de le traiter comme un "instrument nouveau", on joue avec un faux son "de piano"... et l’on s’emploie à donner l’illustion à l’exécutant (un élève dans la plupart des cas) que la technique qu’il met en œuvre est une technique de pianiste, ce qui n’est absolument, absolument pas le cas. Il ne me dérangerait pas du tout d’entendre du Chopin joué sur un synthétiseur Korg avec un son ouvertement électronique (on ré-arrange bien des symphonies classiques en chiptune 8-bits) ; cependant ce n’est pas du tout le cas ici. Sous l’intitulé (purement publicitaire) de "piano numérique", le clavier électronique est vendu en tant que concurrent ou successeur du piano, et bon nombre de gens marchent dans la combine.

Ce qui précède est le point que je me suis attaché à démont(r)er dans le présent texte : un piano "pourri" est comparable à un piano "de concert" (au sens que l’on peut les comparer, jouer dessus et voir ce qu’il est possible d’en tirer), alors qu’un piano — quel qu’il soit — n’est pas comparable avec un clavier électronique — quel qu’il soit — : ce n’est tout simplement pas le même instrument, pas la même technique (et, j’ajouterai, pas le même contexte culturel ni la même démarche artistique).
Cette dichotomie, irréductible, s’apprécie par le son (quoique de façon très accessoire, et c’est la raison pour laquelle il est parfaitement inepte de demander "une démo"), par la pratique, le toucher, la technique, le ressenti... ainsi que, puis-je ajouter, par un certain bagage culturel. En tant que pianiste, je sais m’exprimer avec un piano (y compris en affrontant ses faiblesses lorsqu’elles ne sont pas rédhibitoires : notes manquantes etc.), alors qu’un clavier électronique ne me permet strictement rien.

Sauf, éventuellement, d’imiter la corne de brume si l’échantillon est disponible. Au moins, c’est marrant.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vous n'êtes pas un robot ? Alors veuillez répondre à cette question essentielle :
Quelle est la moitié du mot «toto» ? 

Ajouter un document